Se connecter pour vérifier ses messages privés
SALOON DE TALOCHE !

 Bienvenue 
                    




   
    Invité 



                                   
                                                        

         
   
La taverne
Aller à la page: <  1, 2, 329, 30, 315356, 5357, 5358  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la taverne des zumoristes Index du Forum » la taverne
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
.: Lapeste :.
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 26 937
Localisation: Hte Saône
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:33 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
bonjour à tous, bonjour Kuruk, Ange

vu le temps qu'il fait, je ferais une tite sieste

Image du Blog virtuellife.centerblog.net
... .
...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Publicité :.


MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:33 (2012)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
.: Lapeste :.
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 26 937
Localisation: Hte Saône
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:37 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Nos petits amis posent pour nous !




C'est moi la vedette ici !




Faut pas bouger, la crème fouettée va couler qu'il me dit !
Mais je ne peux pas sortir la langue juste un peu ?




Wouaf ! J'aime ses lunettes moi !



Je ne suis pas content. Je voulais des lunettes moi aussi !



Yo ! Hey Le petit, on te verrait plus avec des lunettes !



On nous prend pour des pieds. On nous met des bas de laine !


Vous pouvez bien parler de pied !
« Avec ses souliers trop grands, c'est moi qui ai l'air d'un pied ! »




Je sais, je suis beau ! Mon coiffeur me l'a dit !



YES ! Ils nous ont promis un voyage après les photos !



J'ai honte snif... Ils ne m'ont pas mis de pantalon !



Si tu penses que je vais faire le beau !
Je n'ai jamais voulu ressembler à un lapin !




Oui ! Je garde la pose... Maman m'a promis un cadeau après !



Je sais ! C'est un peu tard pour l'halloween !
Mais tu ne connais pas le photographe. Il a des idées de fou !





Image du Blog virtuellife.centerblog.net
... .
...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Lapeste :.
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 26 937
Localisation: Hte Saône
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:38 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
  La femme oiseau
 
Il y a très longtemps, au Japon, vivait un tailleur de voiles solitaire appelé Osamu. Sa maison se trouvait loin au-dessus de la mer, sur le sommet d’une colline. C’est là qu’il tissait ses voiles en regardant les marais salants où s’ébattaient des grues. Tout en cousant et filant, il se disait souvent :
« Comme les grues sont belles. De tous les oiseaux, ce sont elles qui ressemblent le plus aux voiles des bateaux. Le vent gonfle leurs ailes. »
Toute sa vie Osamu avait souhaité rencontrer une femme qui le réconforte lors des longues heures passées à tisser. Mais il ne possédait pas grand-chose d’autre qu’une marmite et une théière, et ses chances de trouver une épouse étaient bien minces.
Vint l’automne, la saison des orages. Les feuilles tombaient sur le porche de la maison. Une nuit, alors que le vent hurlait, Osamu entendit frapper à sa porte. Curieux, il alla voir, et découvrit une grande grue, assommée et immobile.
« Pauvre bête ! » s’écria-t-il à genoux. Osamu replia doucement les ailes froissées et la transporta chez lui. Comme elle était légère ! Et fragile ! Stupéfait, il réchauffa le bel oiseau auprès du feu, lui lissant les plumes. Bientôt, elle ouvrit des yeux noirs et brillants. Pendant trois jours, Osamu la soigna. Puis, il la vit s’envoler.
Le temps passa et, une nuit, une grande tempête éclata en mer. À travers la pluie battante, Osamu entendit frapper à sa porte.
« Qui est-ce ? » demanda-t-il. Une belle jeune femme le dévisagea, de ses yeux noirs et brillants.
« Qui es-tu ? » dit-il, surpris.
« Laisse-moi entrer ! » implora la jeune femme, grelottante dans ses vêtements mouillés.
« Oh ! Pardonne-moi. Entre, je t’en prie. » Et Osamu s’inclina à genoux tandis qu’elle avançait. Jamais de toute sa vie il n’avait approché une aussi jolie jeune femme.
Osamu servit du riz et du thé à la jeune femme, et un petit morceau de ce précieux poisson que lui avaient donné les pêcheurs. Elle s’arrêta de grelotter. Ils étaient à genoux, l’un à côté de l’autre. La flamme de la lampe vacilla. Il finit par retrouver ses mots. Comment était-elle arrivée chez lui ? Où se trouvait sa famille ? D’où venait-elle ? Osamu lui posa beaucoup de questions, mais tout ce que la jeune femme voulut bien lui dire, c’était qu’elle s’appelait Yukiko.
Le temps passa. Dehors, le gel couvrit les branches noires, et Yukiko était toujours là. Osamu n’osait rêver qu’elle reste. Et il avait peur de lui demander de l’épouser. Il était si pauvre… Tandis que les jours passaient, l’amour grandit entre eux. Sans un mot, Yukiko devint sa femme.
Mais Osamu restait un pauvre tailleur de voiles. Et arriva le moment où dans la petite maison au-dessus des marais, il n’y eut plus assez de nourriture pour eux deux. Yukiko s’en rendit compte. Elle dit à son mari : « Je vais te tisser une voile magique, que tu pourras aller vendre au village en bas. »
« Tu peux tisser une voile magique ? »
Elle poussa le paravent à travers la chambre, pour cacher le métier à tisser qui se trouvait près de la fenêtre. « Oui, mais promets-moi de ne jamais me regarder travailler », dit-elle.
« Pourquoi ? » demanda Osamu.
« Promets-moi », insista Yukiko.
Et Osamu promit.
Yukiko se mit au travail. Osamu entendait la navette glisser et le métier à tisser basculer. Les heures passaient. La nuit tombait. Osamu s’endormit. À l’aube, Yukiko travaillait toujours derrière le paravent. Lorsqu’enfin elle réapparut, Yukiko semblait très fatiguée. « C’est normal », se dit Osamu. « Elle a travaillé toute la nuit. »
Mais lorsque Yukiko lui mit la voile dans les bras, il oublia tout. Bien qu’extrêmement solide, la voile ne pesait presque rien. Un souffle venu de très loin s’échappait d’entre ses plis. Osamu écouta de plus près. Il écarquilla les yeux. Yukiko avait tissé du vent ! Osamu courut jusqu’au port avec la voile magique. Il la montra à tous et en reçut assez d’or pour vivre une demi-année ! Fou de joie, il se précipita chez lui. Yukiko souriait.
Le temps passa. Et arriva le printemps. La pluie tomba, les marais reverdirent. Et les grues furent de retour. À la fin du printemps, l’or avait disparu. Osama et Yukiko eurent faim une nouvelle fois. Et Osama dit : « Yukiko, tu devais tisser une autre voile magique. »
« Oh, mon homme, je ne pourrais pas », répondit-elle. « Ça m’épuise, de tisser des voiles pareilles. Ça me fait peur. »
« Mais, femme, je t’en prie ! Une de plus ! Je ne t’en demanderai pas d’autre ! » insista Osamu.
Yukiko l’aimait.
« Ne regarde pas », dit-elle. Et elle disparut derrière le paravent.
Une journée entière s’écoula.
« Yukiko ! » appela Osamu. « Veux-tu de l’eau ? Ou du riz ? » Pour seule réponse, il entendit le balancement du métier à tisser.
À la fin du deuxième jour, Yukiko réapparut, épuisée, tenant une seconde voile. Plus belle que la première, elle aussi haussait comme le vent. Ne pensant qu’à l’or, Osamu courut au village vendre la voile. Tout le monde louait son talent, car il n’avait dit à personne que c’était Yukiko qui avait tissé ces voiles. Il reçut assez d’or pour vivre six longs mois.
Le temps passa. Et revint l’automne, la saison des tempêtes. Les grues, dans les marais, grandissaient. Elles ébouriffaient leurs plumes parmi les joncs et les feuilles.Un jour, alors qu’Osamu se trouvait au village, arriva un gros navire marchand. Un grand capitaine en sortit. C’était un riche commerçant. Le capitaine questionna les pêcheurs dans le port, et tous lui indiquèrent Osamu.
« J’ai longtemps navigué pour te trouver, Osamu », dit le capitaine. « Je veux que tu tisses une voile magique pour mon bateau. »
Osamu pensa à Yukiko et à la promesse qu’il lui avait faite. « Je ne peux pas », répondit-il. « Je n’en réaliserai pas d’autre. »
Le capitaine éclata de rire. « Allons, Osamu, je te donnerai assez d’or pour que tu ne doives plus jamais travailler ! »
De l’or pour une vie entière...,se dit Osamu. Il courut à la maison. « Yukiko ! Il y a un homme au port qui nous donnera de l’or pour une vie entière... si tu tisses une autre voile. »
La crainte saisit Yukiko. « Non, Osamu, je suis désolée ! »
« Yukiko ! De l’or pour toute une vie ! Tu comprends ? Nous n’aurons plus jamais faim. »
Mais ces voiles, Osamu, elles me coûtent si cher. Elles me prennent le meilleur de moi-même.
Osamu fronça les sourcils. « Yukiko, tu es ma femme ! » dit-il d’une voix sourde. « Tu dois m’obéir ! » Yukiko se mit à gémir. « Bien », fit-elle en tremblant, « mais promets-moi de ne pas regarder. »
« Je te le promets ! Vas-y ! Tisse-moi cette voile ! »
Yukiko poussa le paravent à travers la pièce et disparut. Osamu sortit de la maison. Il regardait le navire à l’ancre dans le port. Une journée s’écoula. Puis une autre. Yukiko travaillait toujours. Un troisième jour passa. Elle n’avait jamais travaillé aussi longtemps. Mais que fait-elle ? se demanda Osamu.
« Yukiko ! » appela-t-il. « Veux-tu du thé ? Du riz ? » Mais elle ne répondit pas. Pourquoi, se demandait Osamu, Yukiko serait-elle la seule à savoir glisser des voiles magiques ? Pourquoi n’apprendrais-je pas, moi aussi, comment tisser le vent ? Je pourrais réaliser de nombreuses voiles, et épargner à Yukiko le travail dont elle ne veut plus. Il pouvait entendre glisser la navette et basculer le métier à tisser. « Yukiko ! Réponds-moi ! »
Incapable de se maîtriser plus longtemps, Osamu contourna le paravent. Un long bec se balança devant lui. Des yeux noirs et tristes le dévisageaient. C’était la grue qu’il avait recueillie et soignée.
« Yukiko ! »
L’oiseau tissait ses propres plumes. Blanches et mêlées de vent, elles formaient une voile tremblante.
« Yukiko ! » cria Osamu. Mais, pour seule réponse, la femme oiseau fit un bruit étouffé, comme le ronronnement d’un chat dans les roseaux. Alors, elle ouvrit ses ailes abîmées, se glissa par la fenêtre et s’envola. Osamu ne la revit jamais. Il tissa de simples voiles jusqu’à la fin de ses jours, là, à sa fenêtre, en regardant les marais et les grues. Et chaque automne, à la saison des orages, il attendait que quelqu’un frappe à sa porte.

Odds Bodkin ; Gennadij Spirin
La femme oiseau
Paris, Éd. Casterman, 1998

Image du Blog virtuellife.centerblog.net
... .
...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:42 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Bonjour Pestoune

marrant les chiens et belles histoires

Six faits étranges !

 

 
1-
Tu ne peux pas compter le nombre de tes cheveux.

2-
Tu ne peux pas te laver les yeux avec du savon.

3-
Tu ne peux pas respirer avec la langue sortie de ta bouche.

4-
Là, tu essayes de respirer avec la langue sortie.

5-
Là, tu ris parce que tu viens de te rendre compte

que tu t'es fais piéger.

6-
Tu as aimé et tu vas partager pour que tes amis(es) rient aussi.


Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:43 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Une bien étrange voiture

Le marteau du juge vient de tomber ! Cinquante jours de prison... avec sursis
L'histoire se passe à Lanciano, en Italie.

Une collégienne, en sortant de l'école, remarque une voiture qui bouge légèrement.
Les vitres sont embuées et elle ne voit personne.
Elle s'approche pour découvrir un couple qui fait zizi panpan sur la banquette arrière. Elle s'enfuit et téléphone à la police.
Les policiers interviennent rapidement et demandent aux passagers de sortir...
Et voilà que pépé, 85 ans, et mémé, 74 ans, sortent de la voiture!
L'homme, nu, prend la fuite, mais la femme va tout raconter.

Les policiers iront le cueillir à la maison.
Ils avaient l'habitude, dit la femme, de faire l'amour dans la voiture, pour épicer leur rapport .
Le couple a été accusé d'indécence près d'une école.

 





Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:45 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Q: Pourquoi les hommes veulent marier des vierges?
R: Ils ne supportent pas la critique.

Q: Pourquoi est-ce si dur pour les femmes de trouver un homme sensible, doux, attentionné et beau?
R: Parce qu'ils ont déjà un copain.

Q: Pourquoi les femmes simulent-elles l'orgasme?
R: Parce que les hommes sautent les préliminaires.

Q: Différence entre un nouveau mari et un nouveau chien?
Q: Après un an, le chien est encore excité de vous voir.

Q: Le gars le plus populaire dans un camp de nudistes?
R: Celui qui peut transporter une tasse de café dans chaque main et une douzaine de beignets en même temps.

Q: La fille la plus populaire dans ce camp de nudistes?
R: Celle qui peut manger le dernier beignet!

Q: Une brune, une blonde et une rousse sont toutes en 6e année. Laquelle a les plus gros seins?
R: La blonde, parce qu'elle a 18 ans!

Q: La sanction pour la bigamie?
R: Deux belles-mères!


Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:46 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=T_rTdmaZAeY
Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: Lapeste :.
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 26 937
Localisation: Hte Saône
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:48 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
On est rond et bien en chair ?  c'est tout bénef selon des études récentes

Vive les rondes et les dodusEnfin une bonne nouvelle pour les dodus: une étude japonaise a démontré que les personnes maigres vivaient six à sept ans de moins que les personnes rondelettes, et même moins longtemps que les obèses.

Une équipe du ministère de la Santé, dirigée par le professeur Ichiro Tsuji de l'Université du Tohoku, a suivi pendant douze ans 50 000 personnes âgées de 40 à 79 ans dans la préfecture de Miyagi.

L'étude a révélé que les personnes présentant un surpoids raisonnable à l'âge de 40 ans vivaient six à sept ans de plus que des personnes très minces, dont la durée de vie était même inférieure de 5 ans par rapport aux obèses.

Les principales raisons pour lesquelles les maigres ont une durée de vie plus courte tiennent notamment à leur plus grande vulnérabilité aux maladies, telles que la pneumonie, et à la fragilité de leurs vaisseaux sanguins.



Image du Blog virtuellife.centerblog.net
... .
...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 05:56 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Le patron
Le téléphone sonne. La secrétaire répond puis se tourne vers son patron :
-"Monsieur, je pense que cet appel est peut-être pour vous."
-"Comment ça "peut-être"? Cet appel est-il pour moi, oui ou non ?"
-"Je pense bien. Le type demande à parler à l'imbécile qui dirige notre compagnie !"
Arabe ou Juif ?
Comme quoi les religions peuvent poser des problèmes!!!
Dans une famille mixte (le père est arabe, la mère juive) le petit garçon va voir son père et lui demande :
Papa, j'suis arabe ou j'suis juif ?
Tu es arabe parce-que c'est mon spermatozoïde qui t'a créé.
À ce moment, la mère arrive et dit :
Ah ! non, tu es juif car c'est moi qui t'ai porté dans mon ventre !
S'ensuit une belle dispute conjugale...
Finalement, le père demande à son fils :
Mais pourquoi veux-tu savoir si tu es arabe ou juif  ?
et le fils, de répondre :
Il y a un vélo en bas; c'est pour savoir si je discute le prix ou si je le vole... (!!!!!!)
 

Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: charly74 :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 06:04 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Bonjour à toutes   et à tous Laughing

lapeste bonne journée
Ange bonne nuit-jour
kuruk Laughing salut poto

Il pleut, mais il pleut comme ......chien qui pisse



Revenir en haut
.: Kuruk :.


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 4 828
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 06:09 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
et Calif t'a sorti quand même ? Ah il est inhumain ce chien
Salut poto, t'as pas beaucoup dormi ?

Image du Blog virtuellife.centerblog.net
...
... là où sont mes pieds, je suis à ma place. En amérindien : "thalépiédanslésabo"...!


Revenir en haut
.: Yini :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 06:24 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Bonjour tout le monde

Revenir en haut
.: charly74 :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 06:39 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Bonjour Yini

Pour Calif, en cas de pluie forte, il sort seul de la véranda, et saute sous
le premier arbre de la pelouse.



Revenir en haut
.: Lapeste :.
Administrateur


Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2012
Messages: 26 937
Localisation: Hte Saône
MessagePosté le: Sam 27 Oct - 06:49 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Bonjour Yini, Charly ! Je mets mon imper et je sors ma toto amphibie. Courses à faire ce matin et j'aime po ça. A taleur.
Image du Blog virtuellife.centerblog.net
... .
...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
.: Yini :.
Invité


Hors ligne

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 07:04 (2012)    Sujet du message: La taverne Répondre en citant
Une petite pensée pour toutes les victimes d'égorgement, svp



Revenir en haut
.: Contenu Sponsorisé :.


MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:32 (2017)    Sujet du message: La taverne
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la taverne des zumoristes Index du Forum » la taverne Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 329, 30, 315356, 5357, 5358  >
Page 30 sur 5358

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by Taloche Town © 2001, 2017 phpBB Group Traduction par : phpBB-fr.com